Katherine dans son salon.jpg

L'artiste dans son salon en 2019 Photo Marc Chevalier

Livre 3D portraits textiles.png

28 ans de création, un livre retrospective des portraits de Katherine Roumanoff, édité par Quiltmania. Des premières oeuvres, des portraits à l'huile aux portraits textiles, des costumes de théâtre, aux personnages pour enfant édités en textile, de la découverte de l'hypnose, aux galeries de dessins, le parcours de l'artiste Katherine Roumanoff. En vente ici.

Capture d’écran 2019-04-21 à 12.27.47.png
pinceau.png

ITV sur France 3; lors de la rétrospective Katherine Roumanoff au musée d'art contemporain Bohin.

80 oeuvres exposées, des portraits d'art textile dans la mouvance de l'art singulier s'inscrivant déjà dans une démarche d'art recyclage. #artsingulier #artbrut 

Le travail de Katherine Roumanoff vient de loin, il n’est pas né de rien, mais d’une longue lignée répertoriée dans les arts décoratifs et les beaux arts, à la croisée des grandes civilisations et des antiques cultures : on en retrouve les traces dans l’art précolombien, dans l’art amérindien (on pense aux fameux plastrons de tissus appliqués dans les îles proches de Panama), dans l’art japonais ancien et contemporain, (notamment chez Ayako Miyawaki), dans les techniques savantes des courtepointes américaines, chez  les singuliers de l’art adeptes de l’arte povera, plus près de nous dans les collages cubistes de Picasso et de Braque, les papiers de Matisse bien sûr, les assemblages textiles de Sonia Delaunay, les  travaux de couture surréalistes de Bona de Mandiargues, et bien d’autres encore.
 

Katherine Roumanoff accomplit là une nouvelle variation de cet art, naïf et toujours inédit, où excellent ses mains virtuoses, mais où s’accomplissent surtout d’autres enjeux, plus profonds, plus spirituels.

Il vient donc, cet art, de cultures lointaines mais encore du plus loin de soi-même. Rien n’est innocent dans la création : d’où l’artiste a-t-elle tiré les fils de ces portraits ? De quelles pelotes, de quelles bobines inconnues ? D’où viennent ces visages aux faux airs de Marie Laurencin, soudain apparus ? De quelles obscures profondeurs, Katherine Roumanoff a-t-elle ramené paradoxalement ces joyeuses ou énigmatiques figures ?

Il y a chez elle,  n’en doutons pas, une lumière, une clarté, une naïveté  au sens proche du terme, c’est-à-dire près de la naissance, que son visage trahit.  Il faut ce visage-là pour atteindre à la farandole joyeuse qu’elle a créée. Pour rejoindre cette lumière. Une lumière et une grâce.

Le second « métier » de Katherine Roumanoff est d’aider ses patients à atteindre apaisement et sérénité.  Il y faut aussi de la lumière. Et un certain état de grâce pour s’en approcher. Dès lors, l’on comprend mieux sa galerie de portraits : surgie de l’enfance, d’un printemps généreux, elle délivre des pans entiers d’un temps jamais disparu mais qui sommeille en nous, celui des jours heureux, des jeux facétieux et des vertes années : les visages ronds comme des pommes d’api, les yeux largement étonnés sur un monde tout neuf, et c’est tout un univers qui surgit, celui des mémoires trop vite ensevelies mais toujours présentes, et surtout restées intactes.

Quelquefois une mélancolie s’empare de ses visages, si la plupart arborent la juvénilité des assemblages d’Arcimboldo, si un printemps floral explose sous leurs traits, leur fraîcheur n’est cependant pas éternelle, l’hiver peut surgir et roses alors elles auront vécu ce que vivent les roses, comme dirait le poète angevin...

Katherine Roumanoff est ce que je pourrais appeler « une éveilleuse de l’enfance » : elle n’est pas comme ces Parques qui, jadis, dans les temps mythologiques, oeuvraient sans compassion, à couper le fil de nos vies. Avec des ciseaux et des bouts de tissus rehaussés de peinture, avec humilité, elle retisse au contraire nos vies, elle les recoud d’une certaine manière, et en bonne fée, sans fil ni aiguille, comme dans les contes, elle nous rend à la joie des jours premiers, à l’émerveillement et à leur innocence, sans pour autant nous leurrer sur l’inévitable cruauté du temps qui passe.

 

Alain VIRCONDELET

Février 2019

double page.png
Capture d’écran 2019-04-21 à 12.28.43.png
1/8

"Les toiles de Katherine Roumanoff donnent à voir la complexité des êtres humains saisis dans un instant dense et fugitif. On peut y lire un destin : des traces de l’enfance à l’empreinte de l’âge mûr, le va-et-vient entre les désirs secrets, les bonheurs imaginés et les coups d’arrêt du désespoir. Ses portraits nous renvoient à ce que nous sommes en nous mêmes, à la symphonie de nos émotions et à nos blessures secrètes. L’épaisseur des pièces de textiles assemblées dessine autant de rêves et de désirs. Comme ces personnages, nous sommes faits de pièces et de morceaux qui se sont assemblés au cours de notre histoire. Nos actions et nos pensées nous portent tantôt vers plus de cohérence tantôt vers plus de conflits, et tout ce qui arrive s’inscrit sur la toile de notre vie et de notre caractère. C’est tout le mystère de la vie qui se trouve exposé."  
Colette Roumanoff

Souvenirs
L'annonce_faite_à
1920
1 tabsouvenir
mon homme
1tab mon royaume
1tab souvenrir japonais
plus ca va moins ca va
Souvenir Delacroix

Je découvre et pratique l'hypnose, mes tableaux textiles rencontrent enfin la peinture d'une façon ou d'une autre. Je trempe,

je badigeonne, je déchire, je glisse, je malaxe... Acrylique et colle se rencontrent autour du velour frappé... Une nouvelle période pleine de possibilité...

• Sentiments intérieurs • 2005/2014

Plaque+inox:La+fille+de+la+cafet
Pas+de+commentaire
1Impossibilit+aimer
Printemps vert 50x70 cm 2011
Devenir_soi_même malgré tout
La_fabrique de pensée
Composition 115x147cm
La larme bleue
Le poête
les  deux amours
Le couple russe
La consolante
reflexion rose
Le bonbon rose
La fête
Quand reviendrastu
l'oiseau rouge
l'habit rouge
Complexe 30x40 cm
Printemps bleu 50x70cm 2011
Peur 40x50 cm
Le_mélange_30x40_cm
La valeur 40x50 cm
Douceur angevine 65x130 cm
Conviction 50x50
Construction 40x50
La+dame+au+chien
La+dame+à+oiseau+light
Le+couple+historique+light
Iris+light
Maude+light
En+plus+après+ya+la+ménopause
Sens+dessus+dessous
Envie+de+Japon
Le+couple+fleuri
Lui
Collage
Depression+nerveuse+express
la_blessure
devenir_soi_meme_malgre_tout
la+consolante
urgence_interieure
composition
Plaque+inox:le+rival
sous_la_lune
edgard_le_jeune
la_japonaise
La+fête
mme_irma
douceur_angevine
resistance
l_aventuriere
c_est_pas_grave
Le+couple+russe
printemps_bleu
la_salle_de_bain
charlotte_deconfite
amour_impossible
la_therapeuthe
conviction
Le+couple+creatif
comme_je_suis
devenir_soi_meme_malgre_tout
les_tresses_rouges
valeur
recherche_spirituelle
reve_d_enfance
natasha_aux_boucles_blondes
Plaque+inox:les+femmes+les+plus+heureuses
la_marquise_2008
peur
mme_irma
le_baiser
babouchka
le_petit_couple
la_tristesse
illioucha
ce_qui_n_est_pas_dit_s_entend
la_consternation
le_fruit_de_mes_entrailles
le_clown_russe
coup_de_soleil
le_deuil_d_anne
ferme_les_yeux
la_cantatrice
le_desespoir_de_la_couturiere
casque_d_or
coup_de_soleil
la_reine_margot_2
ophelien
princesse
le_silence
impression_floue
le_chemin_de_la_sagesse
impression_momifiee
la_boudeuse
mille_regrets
la_tasse
le_clown_russe
les_gens_racommodes
en_desespoir_de_cause
la_sieste
triste_tristesse
balaieka
couple_oriental
illioucha
deesse_inca
la_marquise
tragi_comedie
tapisserie_70
le_pot_de_fleur
perdita
le_triste_sire
femmes_en_pleurs
babayoga
la_mariee_russe
le_torero
le_diablotin
autoportrait_en_contesse
la_religieuse_jaune
autoportrait_sauvage
aladin_aux_oreilles_bleues
la_jeune_babouchka
pensees_indiennes
autoportrait_sauvage1
femme_sans_teton

• Fleurs et prémices • Période 1998/2008

"Il y a de la féerie russe dans ce travail... comme celle que nous a fait connaitre le jeune Kandinsky lorsqu’il est arrive à Paris. Une poétique fantasque... Une sorte de baroque slave melangée aux couleurs fauves. Matisse, Van Dongen, Gauguin... Pour Katherine Roumanoff, ils représentent une pluie de reminiscences. 
Si elle avait vécu à l’aube du XXème siècle, elle aurait inventé le collage avant Picasso, utilisé le papier peint avant Braque. Mais peut etre pas. 
Le monde qu'elle crée est intime, tactile, feminin. Des centaines de personnages traversent son imaginaire. Elle semble les chercher dans un rêve riche, son enfance, où tout est déjà arrivé. Rarement en pieds, presque toujours de face, un à un, elle les place dans des rectangles et carrés séparés, comme sur des icones russes. Leur charmante existence consiste dans des morceaux de textile très colorés, découpés puis rejointoyés, rehaussé de peinture. Petits visages déformés, yeux dépareillés, accoutrement coquet et attributs, ses personnages ont l'allure d'étonnantes marionnettes qui portent en elles d'innombrables secrets. 
Des signes précis, à peine visibles dévoilent l'identité de la représentation qui en elle-meme, comme dans l'icone orthodoxe, n'est qu'une figure de style. 
Découpés, superposés, les matériaux utilisés par Katherine Roumanoff associent une géométrie irrégulière à une poésie de la couleur. Plus que la simple peinture, les morceaux de tissus, souvent imprimes avec des motifs floraux, theatralisent ses personnages. Ils deviennent ainsi palpable sémouvants, et pittoresques. ...Mélancolie, panache, fraicheur..." 


Ileana Cornea - Paris - Janvier 2007