L'artiste récupère des objets du quotidien. Ses accumulations poétiques composent des personnages emplis de leur passé et en quête permanente d'identité. 

La démarche de l'artiste Katherine Roumanoff s'inscrit en continuité du Junk Art, recycling, surcycling,

ou recyclart.

Capture d’écran 2022-04-01 à 14.36.36.png

Prochaines expositions

Expo Les FLâneries d'Aix en Provence, organisée par Andréa Ferréol, samedi 25 juin de 14h à 20 h et le dimanche de 11h à 19h, dans les jardins d'Aix.

Vous pourrez me rencontrer dans le Jardin Gaston de Saporta, 11, rue Gaston de Saporta.

Je dédicacerais mon dernier roman : Le bureau des âmes paru aux éditions le Lotus et l'éléphant.

• Artiste, invitée d'honneur, exposition lors de l'inauguration des nouveau bâtiments de Emmaüs Angers le vendredi 23 septembre après-midi et le samedi 24 septembre 2022 à st Jean de Linière.

Atelier textile master class à Rablay sur Layon le samedi 15 octobre 2022. Tel : 02 41 78 61 32

Capture d’écran 2021-09-16 à 21.05.50.png

PARCE QUE

Accumulation d'objets du quotidien sur toile velours noir marouflé sur bois.

Technique Mixte, objets du quotidien, produits électroniques obsolètes, couverts, fleurs artificielles, déchets recyclés, peinture acrylique.

Largeur : 75 Hauteur : 115 cm. Profondeur : 12 cm.

2021.

#Junk art #art recyclé #recyclart #recycling

la dame blanche.png

LA DAME BLANCHE

Accumulation d'objets du quotidien sur toile velour marouflé sur bois.

Tecnique mixte: objets trouvés recyclés, emballages plastiques, alluminium, jouet, tissus, objet divers, peinture acrylique, vernis satiné.

Largeur : 75 Hauteur: 115 cm. Profondeur : 7 cm.

#Junk art #art recyclé #recyclart #recycling

Les toiles sculptures de Katherine Roumanoff sont composées d'objets du quotidien recyclés et de déchets déversés sur la toile, saisis dans l'instant dense et fugitif d'un piège banc. 

 

Les accumulations de bric et de broc sont métaphores du grand bazar qui nous constitue, de nos goûts et de nos attirances, de nos répulsions et de nos réticences, de nos incertitudes comme de nos ambitions. Le monde intérieur de chaque personnage se noie et s'expose dans un agglomérat figé et blanchi, ultime tentative d'une pureté retrouvée. Malgré tous ces empêchements, le sentiment d'une unité profonde affleure, une personnalité  émerge du cœur de ses amours, de ses trahisons et de ses injustices vécues et infligées, d'un passé qui pèse sur le présent. Au milieu des amas hétéroclites, qui relèvent du tragique, du comique et du dérisoire, se situe une personne vivante en quête de liberté, dans laquelle chacun peut se reconnaître. 

Une vision de la vie à la fois nostalgique et dynamique, teintée d’un humour qui peut sauver le moi de tous ses tourments.

pensees parasites.jpg

S'ÉCHAPPER ENCORE

Accumulation d'objets du quotidien sur toile velours marouflé sur bois.

Technique Mixte, objets recyclés, peinture acrylique.

Largeur : 75 Hauteur : 115 cm. Profondeur : 12 cm.

#Junk art #art recyclé #recyclart #recycling

Dom quichotte light.png

DOM QUICHOTTE

Accumulation d'objets du quotidien sur toile velours bleue marouflé sur bois.

Technique Mixte, objets recyclés, peinture acrylique.

Largeur : 82 Hauteur : 130 cm. Profondeur : 15 cm.

#Junk art #art recyclé #recyclart #recycling

Qui sommes nous, sinon le résultat de nos expériences passées ?

Katherine Roumanoff est aussi thérapeute, dans son cabinet d'hypnose, elle accompagne chaque personne dans leurs propre monde pour mieux les conduire vers leur espace de sérénité.

Les objets agglomérés sont la marque de des souvenirs conscients et inconscients qui nous habitent et continuent d'agir sur nous.

Nous traversons les époques, nous en portons les mémoires, nous écrivons en nous-même des petites histoires, nous nous attachons, nous nous détachons, tout cela nous compose, se décompose et se dépose  en nous-même, nous envahit, nous empêche, nous définit. Il suffit parfois de changer de place quelque objet, ou de perspective pour trouver la sortie d'un monde intérieru deveu trop opressage.

C'est ce passage de l'encombrement à la lumière, cet accouchement de soi-même que Katherine axe son travail plastique.

Les tissus velour recyclés ont été offert par la Maison Edmond Petit, que je remercie chaleureusement.

Portrait art brut, katherine Roumanoff

En 2022, l'aventure continue...

portrait katherine roumanoff à base de déchets
Portrait roumanoff Burn out/art brut.png

Encore et encore...

Burn out !

En tant que designer, Katherine Roumanoffa crée des centaines d'objets décoratifs.

Elle compose des portraits textiles depuis presque 30 ans. Touchée par le temps qui passe, elle vide ses placards et interroge le passé.Les objets qui nous accompagnent, ceux que l'on a aimé, ceux que l'on est prêt a abandonner parce que nous cherchons toujours à nous renouveler, ceux que l'on jette car leur durée de vie est éphemère, ceux qui nous définissent et ceux d'un autre temps. Dans son atelier les objets valsent, s'agglutinent et retrouvent une blancheur porcelaine gage d'un éternel recommencement.

photo presse tableau.png

" Des toiles sculptées qui sont à mi chemin entre le tabelau et la sculpture, une technique mixte qui s'inscrit dans l'art contemporain du recycling. Un excercie périlleux, plein d'audace où l'oeil s'il veut bien chercher, retrouve l'identité des objets obsolètes, abandonnés et réanimés au sein d'une oeuvre d'une blancheur porcelaine. Dès lors le portrait prend toute sa splendeur et ne laisse à voir que l'expression emplie de poésie du visage magnifié. L'atelier de Katherine Roumanoff, véritable caverne d'Ali Baba, déborde de ressources en tous genre qui attendent, patiemment agglutinés, leur prochaine renaissance. OUEST FRANCE Octobre 2021

Invitation bouchemaine.png
invitation expo bouchemaine 2.png

Et comme je suis aussi hypnothérapeute :

Echange autour de l'art et l'hypnose

JEUDI 14 AVRIL de 18h à 20h

VENDREDI 22 AVRIL de 18h à 20h

Entrée libre.

" Les objets nous accompagnent en silence. Nous croyons les dominer et cependant ils nous survivent. Les objets d'une époque portent des mémoires, les nouvelles technologies rendent obsolètes ceux d’hier et transforment les objets autrefois désirés en autant de rebut. Les jouets des enfants, ceux qui ont été aimés ou non, se retrouvent abandonnés, inertes. Les objets non essentiels, soumis à la mode, sont vites remplacés par des achats compulsifs synonymes de notre pourvoir sur le monde. Ils semblent embellir le quotidien, nous promettent un bonheur et finissent pas nous lasser. Ils nous encombrent et s’agglutinent comme autant de pensées parasites.

 Le blanc porcelaine appliqué généreusement suggère une pureté retrouvée. On fait table rase du passé. On essaye de construire, par-dessus nos propres ruines, de nouvelles identités, porteuses d’espoir."

Katherine Roumanoff - Septembre 21